Quand vermifuger son chien ?

Les vers plats ou ronds, sont parmi les parasites les plus courants des animaux de compagnie. En tant que parasites ils vivent aux dépens de l’animal, en prélevant soit sur sa nourriture soit sur l’animal lui-même, ses nutriments. Principalement situés dans l’appareil digestif certain d’entre eux peuvent néanmoins migrer, via les muqueuses ou la transmission sanguine, dans tout le corps ou presque. Les symptômes sont nombreux et, hélas, peu spécifiques.

Néanmoins il est courant d’associer la présence de vers à des comportements anormaux : perte d’appétit, fatigue, irritation… ou aux anomalies digestives : diarrhée, vomissements, perte de poids. En plus des dangers pour le chien lui-même, il est important de noter que la santé humaine des personnes vivant au contact de l’animal est en cause. En effet certain vers peuvent passer du chien à l’Humain.

A lire aussi : Avant la Coupe du Monde, la Russie fait abattre des milliers de chiens

La fréquence de vermifugation

Penser que l’on va d’abord identifier la présence de vers puis soigner en conséquence est illusoire. En effet comme vu précédemment, les symptômes ne sont ni évidents ni significatifs. De plus, il est établi, que la quasi-totalité des animaux de compagnie (félins, canidés) sont systématiquement contaminés. Il faut donc savoir que le traitement aura lieu durant toute la vie de votre animal préféré.

Attention, suivant les régions, et si votre animal doit vous suivre à l’étranger des précautions particulières s’impose suivant l’endroit. De manière générale il est conseillé d’adapter la prescription en fonction des risques. On considère que dans des conditions normales, il faut vermifuger quatre à six fois par an. Pour les animaux ou environnements à risque, la fréquence doit être augmentée.

A lire en complément : Pulseur chien ou séchoir : lequel choisir ?

Les circonstances de risque augmenté

On considère qu’il y a risque augmenté dans deux cas :

Premier cas : L’animal est lui-même plus fragile ou plus sujet aux vers : c’est le cas des chiots jusqu’à un an, qui ont une capacité augmentée à être contaminé, et c’est le cas de la chienne gestante, qui doit être vermifuge et à l’accouplement et 15 jours avant la mise bas.

– Deuxième cas : l’environnement pour le chien ou pour l’extérieur. Le risque est considéré comme augmenté quand l’animal change d’environnement (déménagement…), ou quand il est en contact avec d’autres animaux. Un autre cas de figure la présence d’enfants en bas âge (jusqu’à trois ans).

Dans le cas de risque particulier, il est conseillé de vermifuger une fois par mois (sans dépasser cette fréquence). Systématiquement il faudra avoir recours à votre vétérinaire pour la prescription car suivant l’âge de l’animal les médicaments peuvent être différents.

Facebook
Défiler vers le haut